Barre de recherche de vidéos

Loading...

jeudi 7 décembre 2017

Advisors: Here's what you need to know before investing in bitcoin

Advisors: Here's what you need to know before investing in bitcoin

Advisors: Here's what you need to know before investing in bitcoin

  • Financial advisors are fielding more questions from clients about bitcoin and cryptocurrencies.
  • The IRS classifies cryptocurrency as property not currency, and taxes it accordingly.
  • Exchanges such as Coinbase and companies such as Bitgo now specialize in helping bitcoin owners secure and manage otherwise unregulated accounts.Advisors: Here's what you need to know before investing in bitcoin
In 2010 Ashley Foster, a financial advisor in Houston, was asked by a man if he had ever heard of bitcoin. Foster said he had not, and after the man explained the cryptocurrency to him, he thought: That's the dumbest thing I've ever heard.
But the conversation left Foster a little curious, so he arranged to meet a man at a nearby Starbucks to try it out. There, Foster handed the man $300 in cash, who in turn opened his laptop and sent him two bitcoins. As Foster drove away, he thought: That was a little sketchy.
Today, with bitcoin crossing the $16,000 mark, those two coins are worth more than $32,000. And cryptocurrencies are more mainstream.
Foster and many other financial advisors are fielding more and more questions from their clients about cryptocurrencies. There are dozens of exchanges where people can buy the digital coins. The Internal Revenue Service has classified bitcoins as property, like stocks, and taxes them accordingly. Earlier this fall, the Chicago Mercantile Exchange, the world's largest derivatives exchange, announced it will allow investors to trade and short bitcoin. There is even a custodian service that will protect your digital fortune. About 40 percent of people believe bitcoin is a "world-changing technology," according to a new survey by LendEdu.
"In terms of diversification, it's useful to have a little in your portfolio, but the fact that you don't understand why it's moving doesn't mean it's safe. If anything, the lack of explanation should make you more hesitant." -David Yermack, New York University
And yet there are still a number of barriers standing in the way of cryptocurrency's legitimacy. The survey also found that 44 percent of bitcoin holders "routinely worry about the technological security of their investments."
Many of the lasting concerns about cryptocurrencies seem inevitable. Its creators were looking to exchange money in a territory free from rules and regulation.

A world of its own

Cryptocurrency proponents argue that the digital coins are a safe investment because they have a "zero correlation" to the stock market. As a result, a dose of cryptocurrency makes investors' portfolios less volatile.
"We're starting to see bitcoin as a disaster hedge to the traditional market," said Chris Burniske, co-author of Cryptoassets: The Innovative Investor's Guide to Bitcoin and Beyond. "Even though there's a bull market now, it doesn't mean that'll be the case in 2018."
studioEAST | Getty Images
But David Yermack, who teaches classes on bitcoin at New York University's Stern School of Business, said the digital coins' uniqueness brings its own risks.
"In terms of diversification, it's useful to have a little in your portfolio, but the fact that you don't understand why it's moving doesn't mean it's safe," he said. "If anything, the lack of explanation should make you more hesitant."
Still, Yermack believes that cryptocurrency, and the so-called blockchain technology on which it's exchanged, will only become more understood and widely used with time.
"It's going to be a profound change," he said. "Every central bank in the world has a team of people looking at this."

Taxation-friendly

In 2013 then Federal Reserve Chairman Ben Bernanke wrote in a letter to Congress that bitcoin "may hold long-term promise, particularly if the innovations promote a faster, more secure and more efficient payment system."
There's one big reason the government likes cryptocurrencies, Yermack said.
"It takes away the ability of people to launder money or evade taxes, because you have a ledger of everyone's activity," he said. "This whole asset class is the dream of government."
Currently, only a small percentage of people are reporting their cryptocurrency gains and losses on their tax returns. Last year the IRS summoned information on users from Coinbase, the country's largest bitcoin exchange, after just around 800 people listed the currency on their annual returns.
Since the IRS classifies bitcoin as property rather than currency, gains and losses are to be taxed at the individual's capital gains rate. As cryptocurrencies become more popular, Yermack said, it will become riskier to avoid paying taxes on them.
"I would always comply with the tax law," he said. "In the cryptocurrency economy, you're leaving a roadmap for the IRS to come and get you."

Expanding security

While most banks and credit agencies offer security protections on consumers' accounts, there is no so-called middleman to rely on with cryptocurrencies.
"The greatest thing about cryptocurrencies is that you own your own keys," said Mike Belshe, co-founder of BitGo, a bitcoin security platform. "That's also the most terrifying thing about cryptocurrencies."
Afraid of theft, many people create complicated passwords for their accounts, which they can end up forgetting. Since they are the only one with access to their account, they risk losing their assets, Belshe said.
For people buying relatively small amounts of the digital coins, he said, Coinbase is the best exchange. "They hold the bitcoin on your behalf, and when you ask for it, they give it to you."
"With technology becoming so much more sophisticated and doing things we've never dreamed of, I don't know if we want to define the future by what we know today." -Erika Safran, Safran Wealth Advisors
Other companies, like BitGo, offer additional protection. The service provides users with a "key card" that can be used to unlock one's money if they forget their password or find themselves locked out of their account for any other reason.
But security will become more expensive for people buying large amounts of the currency. Kingdom Trust is the first custodian that will hold cryptocurrency assets. At their facility in Murray, Kentucky, a person can make arrangements associated with traditional assets, like what will happen to their cryptocurrency when they die. Although Kingdom Trust is the first of its kind, Belshe said, "within a year, there will be a bunch."

Uncertainty isn't always bad

Last year a client told certified financial planner Erika Safran, founder of Safran Wealth Advisors, that she was buying $100,000 of bitcoin. The woman suggested that Safran do the same.
But since Safran had never heard of the currency, she decided against it. "Now she has a million dollars," she said about her client. In the last few months, Safran has had four other clients invest in the digital coins. And now she has, as well.
"This refutes Warren Buffett's advice to not invest in anything you don't understand," she said. "With technology becoming so much more sophisticated and doing things we've never dreamed of, I don't know if we want to define the future by what we know today."
More from Personal Finance:
These changes could disrupt your advisor relationship
Internet safety tips for retirees
3 Unexpected costs that bust retirees' budgets

lundi 20 novembre 2017

         
                                                              TO GO ON WORLD STOCK ECHANGE
TO GO ON WORLD STOCK ECHANGE                                                    YES GO HERE
                                   

               
  New York Stock Exchange

  http://www.wsj.com/public/page/new-york-main.html

                   ************

http://www.wsj.com/europe

*******************************
                         
                                

               LONDON STOCK ECHANGE
http://www.londonstockexchange.com/home/homepage.htm

**********************************
                                       

Direct World Action For Japan

https://www.discogs.com/fr/Various-Direct-World-Action-For-Japan/release/2848418
                  **********
                   TOKYO   

                               Devise Yen 

http://fr.advfn.com/bourses-mondiales/japon
         
                   *******

https://www.discogs.com/fr/Various-Direct-World-Action-For-Japan/release/2813375

******************************
                            
                        BOURSE de PARIS CAC 40
http://www.boursorama.com/bourse/indices/france.phtml

*****************************
                              

                          Börse Berlin    

 http://www.boerse-berlin.com/index.php

***************************************



 CANADA TORONTO STOCK ECHANGE

*************************************


Shanghai-Hong Kong Stock Connect:




                          *******************************

                                                 

                          
             http://www.zonebourse.com/RUSLAND-RTS-7501/






            

mercredi 15 novembre 2017

Monnaies Pourquoi ne parle-t-on que du bitcoin ?

Le terme de blockchain vous effraie, le nom du bitcoin ne vous évoque que du dark net et vous n'avez jamais manipulé d'ether de votre vie ? Cet été, Numerama vous explique tout sur les crypto-monnaies.
La crypto monnaie est un monde un peu étrange, même sur les standards de l’industrie de la tech. Regorgeant de subtilités techniques que peu de gens ont encore vraiment tenté de vulgariser, c’est le genre d’univers palpitant où des projets âgés de trois semaines peuvent atterrir sur le podium des capitalisations cryptofinancières, et où un actif peut perdre 80 % de sa valeur en 24 heures.
Si cette nouvelle ruée vers l’or vous fait rêver, vous êtes au bon endroit : dans les semaines à venir, on vous expliquera tout sur les crypto monnaies (ou cybermonnaies…) et comment investir dessus. Aujourd’hui, nous commençons donc avec quelques généralités.
Cet article sera assez bitcoin-centrique, tout simplement parce que c’est la première cryptomonnaie décentralisée, que c’est celle à la plus forte capitalisation, qu’elle a inspiré beaucoup d’autres monnaies et que son fonctionnement est assez basique, contrairement à d’autres devises comme Ethereum que nous couvrirons plus tard. Il faut aussi noter que vu le nombre de cryptomonnaies en circulation, il est fort probable que certaines d’entre elles invalident les généralités que nous ferons. Ne nous en voulez pas.

Pourquoi ne parle-t-on que du bitcoin ?

Le bitcoin, première cryptomonnaie décentralisée créée en 2009 par un être mystérieux nommé Satoshi Nakamoto, a suffisamment de notoriété pour que le grand public utilise son nom de manière interchangeable avec « crypto monnaie ».
Mais ce serait comme si des extraterrestres pensaient que la seule monnaie présente sur Terre est le dollar américain. Alors que sur notre planète circulent des monnaies aussi diverses que le dollar, l’euro ou le quetzal guatémaltèque ; chacunes avec leurs propres taux de change et d’inflation, avec leurs propres banques centrales soumises à leurs propres règles, certaines ayant un taux fixe vis-à-vis d’une autre monnaie, d’autres voltigeant au gré de la spéculation.
CC Beau Lebens

coinmarketcap.com
C’est ainsi qu’existent des centaines de cryptomonnaies différentes, le bitcoin s’apparentant peut-être au dollar, l’éther à l’euro, le ripple au yuan ou le litecoin au yen. Le site coinmarketcap.com donne en temps réel les cours, volumes et capitalisations des diverses cryptomonnaies existantes. À l’heure où sont écrites ces lignes, le marché total des cryptomonnaies pèse 100 milliards de dollars (soit les deux tiers de la valorisation d’Intel), dont environ 44 % de bitcoin, 25 % d’éther, 10 % de ripple et 3 % de litecoin.
Mais en janvier 2016, le bitcoin raflait encore 90 % du marché. Sa domination ne s’est durablement effondrée qu’à partir de ce février 2017, face à l’ascension de l’éther et au renouveau du ripple.

Qu’est-ce qu’une crypto monnaie ?

Quand vous utilisez votre carte de crédit traditionnelle pour effectuer un achat, deux banques sont au courant de la transaction : la vôtre et celle du magasin dans lequel vous payez. Dans le monde de la cryptomonnaie, il n’y a qu’une seule banque, et elle fait tout : c’est à la fois elle qui gère toutes les transactions et elle qui sert de banque centrale en émettant régulièrement de l’argent. Ce qui fait que cette banque (appelée « le réseau ») est décentralisée, c’est qu’elle n’est pas dirigée par des humains mais par du logiciel open source, distribué sur des machines à travers le monde.
Cette banque ne contient ni coffres-forts ni lingots d’or : elle distribue des copies d’un immense registre de toutes les transactions jamais effectuées en son sein — la fameuse blockchain. Chacune de ces copies, et la machine sur laquelle elle se trouve, constituent un nœud du réseau. La chaîne de blocs est une technologie issue du monde de la cryptographie et n’est pas intrinsèquement liée à la finance, même si c’est là son application la plus répandue aujourd’hui. Le principe est celui d’un livre où on ajoute à intervalle régulier de nouvelles pages (blocs), sur lesquelles sont inscrites les dernières transactions.
CC Adrian Berg
Ce travail d’écriture est réalisé par les employés de la « banque », bien humains ceux-ci : les mineurs. Tout le monde peut en devenir un à condition d’avoir les ressources en hardware nécessaires. Et comme tout travail mérite salaire, la « banque » rémunère ses mineurs en leur reversant de la cryptomonnaie créée ex nihilo : c’est ainsi qu’est émise de la nouvelle cryptomonnaie dans ce système. Les mineurs empochent également les frais de transaction. Une fois qu’un mineur a terminé un bloc, il l’envoie aux autres nœuds du réseau, qui chacun confirment le nouveau bloc et l’ajoutent à leur copie de la chaîne.
La taille de chaque bloc est fixée à 1 Mo chez le bitcoin ; mais le nombre de transactions augmentant, les pages du registres ne sont plus assez grandes pour tenir compte en temps raisonnable de tous les échanges financiers. Les mineurs se mettent à intégrer en priorité les transactions qui offrent de leur reverser le plus de frais, les autres n’étant plus enregistrées qu’après plusieurs blocs d’attente. Le passage à des blocs de 8 Mo constitue actuellement une grande querelle de chapelle chez les mineurs de bitcoin.

Les transactions sont-elles chiffrées ?

Le principe de la cryptomonnaie est de fonctionner en toute transparence et de manière vérifiable par chacun. À moins d’utiliser une monnaie orientée sécurité comme Zcash, les transactions sont écrites en clair dans la chaîne de blocs ; et si les transactions du dark net sont anonymes, c’est grâce à l’usage de chiffrement PGP et de montages financiers dignes du blanchiment d’argent dans le monde physique. Le « crypto » de « cryptomonnaie » réfère aux techniques qui permettent de s’assurer que personne ne vienne raturer les pages du registre, par exemple pour dépenser deux fois le même bitcoin.
Avant d’écrire chaque nouvelle page, on demande à une fonction de hachage de regarder la page précédente et d’en tirer une ligne de caractères alphanumériques. C’est le même procédé que celui employé pour stocker des mots de passe en sécurité, mais ici, c’est une autre propriété du hachage qui nous intéresse : si vous changez ne serait-ce qu’un bit de vos données avant de les passer au mixeur, le résultat en sort radicalement transformé.
Coffre fort
CC Brook Ward
En l’occurrence, c’est comme si chaque numéro de page contenait un résumé intégral de la page précédente, y compris des transactions qui s’y trouvent. Impossible donc de falsifier une ligne sans re-hacher la page entière, écrire le résultat sur la page suivante, re-hacher cette page suivante, écrire le résultat sur la page d’après, etc… ce qui devient très vite prohibitif. On peut ainsi considérer que tout ce qui est écrit sur la chaîne de blocs est gravé dans le marbre.
Reste encore à assurer que les employés de la « banque » soient dignes de confiance et fassent leur travail correctement. Plusieurs réponses existent, mais la plus répandue d’entre elles s’appelle proof-of-work (PoW). Ce système, originellement pensé pour contrer le spam et les attaques en déni de service, implique des techniques cryptographiques et est au cœur de l’activité de minage de la crypto monnaie.
On peut considérer que tout ce qui est écrit sur la chaîne de blocs est gravé dans le marbre

Comment peut-on miner une monnaie virtuelle ?

Prenons l’exemple du spam dans les boîtes mail. Le principe du proof-of-work est de forcer quiconque veut envoyer un mail à y inscrire le résultat de calculs fastidieux. Le receveur doit pouvoir vérifier facilement que ces calculs ont bien été faits et que l’envoyeur n’a pas triché. C’est comme si pour mettre une enveloppe à la poste, on devait peindre soi-même le timbre. On comprend vite qu’une telle masse de travail fasse abandonner un spammeur — autant qu’un mineur malhonnête.
Dans le cas du bitcoin, les mineurs doivent trouver un nombre entier appelé « nonce » qui soit suffisamment petit pour que, une fois haché avec le bloc, le résultat soit numériquement inférieur à un objectif de difficulté fixé par le réseau (la « banque »). Cet objectif est calculé en fonction de la puissance de calcul du réseau bitcoin, de manière à ce que le temps d’émission de chaque bloc soit à peu près constant ; il est ainsi mis à jour tous les 2016 blocs, soit environ deux semaines. Le seul moyen de trouver le nonce est d’essayer bêtement chaque nombre (1, 2, 3…) jusqu’à atteindre le bon, ce qui nécessite facilement plusieurs trillions de tentatives. Vérifier si le nonce est le bon est très facile pour le réseau : il suffit de le hacher une fois avec le bloc.
CC grover_net
Plus le réseau se développe, plus la puissance de calcul demandée augmente, et la consommation énergétique aussi — de manière exponentielle. Au-delà du désastre écologique en puissance, les contraintes de puissance tendent à centraliser les activités de minage autour de pools dédiés. Il est aujourd’hui peu envisageable pour un individu seul de se lancer dans le minage ; et les mineurs à succès sont immanquablement ceux ayant le plus de moyens financiers pour acheter le plus de GPU et autres ASIC.
C’est pour cela que des systèmes alternatifs, tels que le proof-of-stake (PoS), sont employés dans des crypto monnaies comme le Nxt ou le Peercoin. Ethereum compte lui aussi à terme migrer vers un protocole PoS ; nous verrons tout cela au prochain épisode.

Est-ce que je peux changer mon Livret A par un compte Coinbase ?

Les monnaies traditionnelles sont généralement portées par l’inflation : les banques centrales font tourner la planche à billets de manière à toujours augmenter la quantité d’argent en circulation, qui du coup perd de la valeur. C’est ainsi que l’ordinateur mythique qu’est le Commodore 64, étiqueté à 595 dollars à sa sortie en 1982, coûtait en fait l’équivalent de 1 500 dollars d’aujourd’hui : le dollar a perdu plus de la moitié de sa valeur en trente-cinq ans.
Les cryptomonnaies tendent au contraire à la désinflation : par exemple, la quantité de bitcoins émis à intervalle régulier est divisée par deux tous les quatre ans, jusqu’à l’an 2140 après lequel plus aucun nouveau bitcoin ne sera émis. La valeur du bitcoin est donc économiquement vouée à monter sur le long terme, en faisant ainsi un bon placement économique. À sa création en 2009, un bitcoin valait un dollar ; la valeur de cette cryptomonnaie a depuis augmenté de plus de 250 000 %.
CC Scott Beale / Laughing Squid
Cela dit, la désinflation vient avec ses inconvénients, et elle est redoutée chez les monnaies traditionnelles pour de très bonnes raisons : vu que vous savez que vos bitcoins vont prendre de la valeur si vous attendez, vous préférerez spontanément les garder au chaud plutôt que les dépenser. Et qui dit pas de dépenses, dit une économie qui s’arrête.
C’est pour cela que les cryptomonnaies ne remplaceront pas en l’état les monnaies traditionnelles, d’autant plus que ces dernières doivent voir leur inflation ajustée selon des objectifs politico-économiques et que cela semble difficilement envisageable dans un système décentralisé.
Le cours d’une cryptomonnaie varie de plusieurs pourcents en 24 heures
Ce manque de régulation économique rend d’ailleurs les cryptomonnaies très volatiles, soumises à des mouvements brutaux d’inflation et de désinflation. Le cours d’une cryptomonnaie varie typiquement de plusieurs pourcents voire dizaines de pourcents en 24 heures, d’où les craintes de certains gouvernements qui y voient un risque pour la stabilité financière.
Vous savez maintenant comment marchent le bitcoin et les crypto monnaies en général. Le prochain article de notre série vous fera découvrir la devise qui monte en puissance en ce moment et qui ouvre d’intéressantes perspectives technologiques : Ethereum.

vendredi 10 novembre 2017

TO GO ON WORLD STOCK ECHANGE

TO GO ON WORLD STOCK ECHANGE                                                    YES GO HERE
                                   

               
  New York Stock Exchange

  http://www.wsj.com/public/page/new-york-main.html

                   ************

http://www.wsj.com/europe

*******************************
                         
                                

               LONDON STOCK ECHANGE
http://www.londonstockexchange.com/home/homepage.htm

**********************************
                                       

Direct World Action For Japan

https://www.discogs.com/fr/Various-Direct-World-Action-For-Japan/release/2848418
                  **********
                   TOKYO   

                               Devise Yen 

http://fr.advfn.com/bourses-mondiales/japon
         
                   *******

https://www.discogs.com/fr/Various-Direct-World-Action-For-Japan/release/2813375

******************************
                            
                        BOURSE de PARIS CAC 40
http://www.boursorama.com/bourse/indices/france.phtml

*****************************
                              

                          Börse Berlin    

 http://www.boerse-berlin.com/index.php

***************************************



 CANADA TORONTO STOCK ECHANGE

*************************************


Shanghai-Hong Kong Stock Connect:








                          *******************************

                                                 

                          
             http://www.zonebourse.com/RUSLAND-RTS-7501/









mardi 7 novembre 2017

, les pouvoirs publics peuvent :Fixer arbitrairement les rendements des assurances vie

 
Cher lecteur,

Désormais, les pouvoirs publics peuvent :
  • Fixer arbitrairement les rendements des assurances vie, à la manière du livret A et à la place des compagnies d’assurances et ;
  • Geler indéfiniment les retraits de vos assurances vie — c’est à dire que vous ne pouvez pas jouir de votre épargne même si vous en avez besoin. Ce qui s’apparente à de la spoliation.
Il s’agit d’un arsenal de mesures qui pourront bien sûr être appliquées à une compagnie d’assurance en difficulté mais aussi à toutes les companies d’assurances :
 
C’est une nationalisation de l’épargne qui ne dit pas son nom.

Une assurance vie est essentiellement un produit d’épargne qui n’aurait pas d’intérêt particulier si elle n’était largement défiscalisée.

C’est cette défiscalisation qui permet aux contrats d’assurance vie de présenter le meilleur rapport rendement / sécurité pour les épargnants, du plus modeste au plus fortuné.

C’est ainsi que les contrats d’assurance vie représentent aujourd’hui 40% de l’épargne en France — 1 500 Mds€ en valeur.

Cette incitation fiscale n’est bien sûre pas une simple largesse désintéressée de l’État :

Elle a permis à l’État de capter une bonne partie de cette manne de 1 500 Mds€ pour financer à bon compte sa dette, 80% des avoirs des assurances vie sont placés en dette souveraine — ce que l’on appelle « les fonds euro ».
Malheureusement, cela a aussi créé une distorsion dangereuse.

Cette forte incitation à placer votre argent dans un fonds euros d’assurance vie a privé l’économie privée d’une source importante de financement — en particulier les PME qui souffrent tant depuis 2008.

Mais ce n’est pas tout. Voilà que l’État et le gouverneur de la banque de France, M. Villleroy de Galhau, trouvent tout d’un coup que les largesses fiscales de l’assurance vie participent à un « excédent d’épargne » [1].

C’est un point très important, il marque le moment où l’État cesse complètement de vous représenter pour suivre son intérêt propre :

Tant que l’État a besoin de votre épargne pour financer son déficit, l’assurance vie est encouragée.

Maintenant qu’il trouve à se financer durablement auprès de la Banque centrale européenne —et cela bien que cela lui soit spécifiquement interdit, mais cela fera l’objet d’une prochaine lettre— il préfère réorienter votre épargne vers… la consommation.

C’est logique : la consommation c’est de la TVA, de l’impôt sur les sociétés si c’est un produit français… c’est surtout de l’inflation qui permet de réduire artificiellement la charge de la dette et vous appauvrit en même temps de manière d’abord indolore.

Mais de votre point de vue : c’est tout autre.

Si vous avez déjà un logement décent, de quoi vous déplacer, vous chauffer, vous nourrir et vous vêtir… Pourquoi donc devriez-vous dépenser plus ?

Oui, vous avez raison d’être prudents.

Oui, il est sans doute plus sage d’éviter des dépenses inutiles aujourd’hui afin de pourvoir à celles peut-être vitales de demain.

Oui, vous avez intérêt à échanger des services avec vos proches, aider votre voisin à réparer sa machine et réciproquement. Partager vos trajets en voiture, échanger vos maisons plutôt que de les louer…

Mais ce n’est pas l’intérêt de l’État.

L’État doit prélever la taxe.

Je suis Olivier Perrin, le vaillant petit économiste. À partir d’aujourd’hui, je vais vous dire tous ces petits secrets que les économistes à la télé ne vous diront jamais mais qui pourtant influent directement sur votre quotidien.

Inscrivez-vous grâce au lien ci-dessous pour recevoir immédiatement mon dossier complet :

« Épargne nationalisée : fermez votre assurance vie, si vous pouvez ».

Vous y découvrirez :
  • la raison secrète qui pousse l’État à prendre ces mesures d’exception maintenant ;
  • le pays d’Asie qui a traversé la même crise il y a 20 ans et ;
  • les 5 manières de protéger votre patrimoine.
C’est entièrement gratuit, vous pouvez vous désinscrire à tout moment et votre adresse email ne sera jamais partagée.
 
 
Cliquez ici pour vous inscrire GRATUITEMENT et recevez immédiatement votre dossier de bienvenue sur l’assurance vie. votre bonne fortune,


Olivier Perrin, le vaillant petit économiste

NOTE :
[1] http://www.entreprise.news/banque-de-france-ny-a-aucune-menace-lepargne/

samedi 4 novembre 2017

INTERNET RADIO STREAMING ( South Pasadena )


INTERNET RADIO STREAMING ( South Pasadena )


NETWORK STREAMING                                                     "COUNTRY RADIO SOUTH PASADENA"
                                        
 MY  RADIO COUNTRY